Huile sur toile signée en bas à droite. 87 x 114 cm. René Thomsen, peintre et graveur français de l'École de Paris, né à Paris en 1897, mort à Versailles en 1976. Fils d'un sculpteur ami du docteur Paul Gachet, protecteur de Vincent van Gogh. Sa mère qui devient, divorcée, la secrétaire d'Henri Barbusse, puis de Cécile Sorel, lui fait rencontrer Théophile Steinlen. Il est élève de Louis Anquetin et de Fernand Cormon à l'École nationale supérieure des beaux-arts. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale , il ne s'arrête pas de dessiner et de peindre des Scènes de soldats. Un ensemble de ces dessins a fait partie de la collection du peintre et sculpteur Fernand Belmonte qui en a fait don à la mairie de Méry-sur-Marne où elle est conservée aujourd'hui. Un autre thème que Thomsen aborde à la même époque est celui des Filles de joie. En 1919, époque de grande précarité matérielle où il connait Maurice Loutreuil, Manuel Ortiz de Zarate, Jules Pascin et Amedeo Modigliani, il découvre l'Académie Colarossi avec Chaïm Soutine et Isaac Dobrinsky. Sociétaire du Salon d'automne en 1921, il reçoit les encouragements de Louis Vauxcelles, Élie Faure et Joachim Gasquet. François Fosca, en 1927, considère sa toile "Le repos" comme la meilleure œuvre du Salon des indépendants. En 1931-1932, René Thomsen séjourne à la Casa de Velázquez de Madrid en tant que lauréat du prix Velasquez et boursier de la ville de Paris. Installé à Paris, il sillonne la France de Cayeux-sur-Mer à Avignon, qu'il visite l'Espagne et le Maroc (la ville de Fès notamment). René Thomsen écrit également : on relève, signée et publiée par lui en 1968, une étude sur Édouard Manet. La mairie de Versailles l'a honoré de la médaille de peinture de la ville. Ref 2211.LP53.34PR


4400